Insyriated

Rester enfermé jour et nuit, ne pas sortir, ne pas même oser regarder dehors, c’est trop dangereux. Ce n’est pas la prison, c’est le quotidien d’une famille de Damas en Syrie, en pleine guerre. Une famille parmi d’autres qui fait ce qu’elle peut pour continuer à vivre, au jour le jour. L’appartement est devenu une sorte de blockhaus. Tout y est organisé en fonction de la pénurie. Il s’agit tous les jours de tenir un jour de plus.
Les hommes sont absents la plupart du temps, le lieu est aux femmes et aux vieux. Et si par chance, le soir, un homme, un mari revient à la maison, on ne lui dira pas qu’il y a eu une terrible explosion, telle qu’on a crû que tout l’immeuble allait s’effondrer, qu’il y a peut-être un nouveau sniper sur le toit ou que des hommes ont pénétré dans l’appartement.On ne lui dira pas qu’on a laissée l’une des femmes seule face à eux, de l’autre côté de la porte de la cuisine et qu’on s’est protégé à ses dépens. Pourvu seulement qu’il revienne.

Comments are closed.